Albert Comte de Mun

Ecrit par Marc Nadaux

(28 février 1841 - 6 octobre 1914)


 

Albert de Mun est né en 1841 à Lumigny, en Seine-et-Marne. Comme de nombreux jeunes aristocrates de l’époque, il se destine à une carrière militaire et entre à cette fin à l’École Impériale Spéciale Militaire de Saint-Cyr. Il en sort diplômé en 1862 et sert dans la cavalerie, comme officier de cuirassiers. Il participe alors à la guerre franco-prussienne. Fait prisonnier à Metz en 1870, le jeune officier est placé en captivité outre-Rhin en compagnie de son ami, et disciple de Frédéric Le Play, René de la Tour-du-Pin. Ensemble, ils découvrent à cette occasion l’œuvre sociale d’une grande figure du catholicisme allemand, l’évêque de Mayence Monseigneur Ketteler. Albert de Mun décide dès lors de se vouer à l’action sociale et chrétienne. L’année suivante, le spectacle de la violence et de la répression de la Commune de Paris le marque profondément. Il mesure le fossé qui sépare le monde ouvrier des dirigeants politiques et des élites économiques adeptes du libéralisme, l’idéologie dominante condamnée en 1864 par le pape Pie IX avec le Syllabus.

Albert de Mun démissionne et quitte l’armée française. En compagnie de La Tour-du-Pin, il fonde en décembre 1871 les Cercles Catholiques Ouvriers, des associations ouvrières encadrées par des membres de la bourgeoisie catholique, selon les vues de Le Play. La revue l’Association Catholique, fondée en 1876 et qui paraîtra jusqu’en 1891, lui permet d’exposer sa doctrine sociale. Celle-ci a pour vocation d’unir les classes dirigeantes et les populations ouvrières, cette union prenant la forme du paternalisme. Albert de Mun entend ainsi éduquer le monde ouvrier selon l’esprit de l’Évangile et en dehors des aspirations révolutionnaires.

L’œuvre des Cercles connaît une rapide expansion. En 1878, elle compte 375 cercles fréquentés par 37.500 ouvriers et 7.600 membres des classes dirigeantes. Son déclin s’amorce cependant dans les années 1880, le clergé se méfiant d’une œuvre aux mains des laïcs, les entrepreneurs industriels lui portant peu d’intérêt. Cette période correspond également à la montée en puissance du mouvement ouvrier dans le cadre des syndicats. L’œuvre sociale d’Albert de Mun se prolonge pourtant grâce à la création en mars 1886 de l’Association Catholique de la Jeunesse Française.

Dès 1876, l’engagement politique d’Albert de Mun accompagne son œuvre sociale. Il est en effet élu député à plusieurs reprises sous la IIIe République (de 1876 à 1878, de 1881 à 1893 et enfin de 1894 à sa mort, en 1914). Comme son prédécesseur Montalembert sous la Monarchie de Juillet, ses convictions l’invitent à constituer un parti politique catholique. En vain. D’ailleurs Léon XIII désapprouve dès 1885 cette idée pour la France. Monarchiste, Albert de Mun est favorable à un rapprochement de la droite conservatrice avec le mouvement boulangiste à la fin des années 1880. Quelques années plus tard, en 1892, il se rallie au régime républicain, en catholique ultramontain, sur l’invitation du Pape dans son encyclique Au Milieu des Sollicitudes (février 1892). Ceci lui vaut d’ailleurs l’hostilité des royalistes et la défaite aux élections législatives de 1893 ; son retour à la Chambre des Députés dès l’année suivante n’étant que le fait d’un succès à une élection partielle concernant Morlaix.

Orateur écouté, Albert de Mun contribue par son action au vote de lois concernant le monde du travail et favorables aux ouvriers, notamment la loi Waldeck-Rousseau autorisant les syndicats professionnels (1884), les lois concernant les accidents et la durée du travail, la conciliation et l’arbitrage ainsi que le travail des femmes (1892). Il lutte également activement contre les lois scolaires (votées de 1881 à 1886) et la partition de l’enseignement mais également contre la séparation de l’Église et de l’État. Membre de l’Académie Française depuis 1897, il rédige Contre la Séparation en 1905, puis fait également publier en 1908 Ma Vocation sociale. Hostile aux engagements de la France à l’extérieur, Albert de Mun s’abstient en décembre 1885 de voter les crédits permettant d’éviter l’évacuation du Tonkin. Cependant, il est favorable à l’allongement du service militaire et au vote de la loi de trois ans pendant l’été 1913. Après la mobilisation générale et la déclaration de guerre de l’Allemagne à la France, il montre son enthousiasme lors de la prise de Mulhouse par le 7e Corps, dans un article de L’Écho de Paris, le 9 août 1914.

 

Albert de Mun décède peu après, à Bordeaux, à la fin de cette même année 1914.

le lundi, 25 janvier 2016 posté dans la catégorie A