Fallières (Armand)

Ecrit par Marc Nadaux

(6 novembre 1841 - 22 juin 1931)

 

Armand Fallières naît le 6 novembre 1841 à Mézin, dans le département du Lot-et-Garonne. Il est issu d’une famille modeste : son père est géomètre-arpenteur, son grand-père forgeron. Celui qui sera élu soixante ans plus tard président de la République vient d’ailleurs au monde dans la forge familiale. Il passe son enfance dans ce bourg viticole, avant de rejoindre Toulouse, puis Paris. Après avoir fait son droit, Armand Fallières s’inscrit au barreau de Nérac en 1866. Il y plaide quelques procès politiques, défendant notamment un groupe de jeunes gens qui avaient chanté La Marseillaise sur le passage d’une procession.

Cet engagement dans les rangs républicains, cet intérêt pour les affaires publiques le poussent à entrer en politique. Il exerce tout d’abord des responsabilités locales. La même année, en 1871, avec l’avènement de la Troisième République, il est élu maire de Nérac et conseiller général du canton. Enfin, en 1876, à l’âge de trente-cinq ans, Fallières fait son entrée à l’Assemblée nationale. Il sera d’ailleurs réélu à trois reprises député du Lot-et-Garonne, jusqu’en 1890.

A la Chambre des députés, Armand Fallières siège parmi les membres du groupe de la gauche républicaine. Il fait ainsi partie de ces "363" qui, le 20 mai 1877, affirment leur opposition au pouvoir en place en votant un ordre du jour de défiance au maréchal de Mac-Mahon. La Chambre est alors dissoute. Quatre années plus tôt, l’élu du Lot-et-Garonne avait d’ailleurs été rappelé à l’ordre pour avoir manifesté trop bruyamment au moment de la démission d’Adolphe Thiers par le président du Conseil, le Duc de Broglie. Réélu peu après, au mois d’octobre 1877, il s’affirmait rapidement aux côtés des Opportunistes et était appelé pour la première fois, au mois de mai 1880, à exercer des responsabilités gouvernementales.

Pendant douze années, pratiquement sans discontinuer, Armand Fallières demeure au gouvernement. Il occupe ainsi quatre portefeuilles différents, mais aux responsabilités liées à l’époque - ceux de l’Intérieur, des Cultes, de l’Instruction publique et de la Justice – dans huit cabinets successifs. Au mois de janvier 1883, le ministre dépose, au nom de son gouvernement, un projet de loi qui permettrait aux autorités d’expulser par décret tout membre d’une famille royale "dont la présence serait de nature à compromettre la sûreté de l’État". Ce texte précède donc la loi du 22 juin 1886 qui décidera de leur expulsion, pure et simple. Au début des années 1890 et après la mise en place d’une législation anticléricale, Armand Fallières s’efforce de calmer les tensions qui sont à l’origine de multiples incidents entre le gouvernement et la hiérarchie catholique. L’heure est en effet au "ralliement".

En 1890, il est élu sénateur, toujours dans son fief du Lot-et-Garonne, et siège désormais dans la Chambre haute. De 1892 à 1899, l’élu n’est que peu présent dans l’hémicycle. Au cours de ces années en effet  il ne prend pas une seule fois la parole en séance publique. Le 3 mars 1899 cependant, il est élu Président du Sénat, succédant à ce poste à Émile Loubet, devenu Président de la République après la mort brutale de Félix Faure. Le 22 septembre 1900, les deux plus hauts personnages de l’État sont présents au Banquet des Maires qui se déroule dans le parc du palais de l'Élysée et qui réunit les élus de la Nation à l’occasion du centenaire de la première République. Auparavant, Armand Fallières présidait également la Haute Cour de Justice qui condamna Paul Déroulède à dix ans de bannissement, le 5 janvier 1900, pour "complot contre la sûreté de l’État".

Le 18 janvier 1906, à Versailles, Armand Fallières est élu Président de la République au premier tour de scrutin, par 449 voix contre 371 à Paul Doumer. Georges Clemenceau, tout comme la plupart des parlementaires radicaux, ont préféré cet homme modéré à son concurrent, pourtant affilié au même parti, mais à qui ils reprochent le fait d’avoir abandonné Émile Combes et le "Bloc des gauches" deux années plus tôt. Six mois après son élection, le 25 octobre, Fallières fait d’ailleurs appel à Clemenceau pour diriger le gouvernement dans lequel figure notamment René Viviani, le premier "ministre du Travail et de la Prévoyance sociale". Cependant, le caractère indépendant, la personnalité turbulente de Clemenceau, ainsi que sa politique sans compromissions, lui valent la défection puis l'opposition des socialistes. Ces derniers lui reprochent en particulier la répression féroce des grèves ouvrières. Le "briseur de grèves" fait ainsi donner la troupe à plusieurs reprises contre les viticulteurs du Midi au printemps 1907, lors des événements de Draveil et de Villeneuve-Saint-Georges du 27 au 30 juillet 1908.

Après trois années d’exercice, le cabinet Clemenceau connaît l’usure du pouvoir. Le tournant du siècle voit également se multiplier les dissensions à l’intérieur de la gauche. Aussi Armand Fallières fait-il appel à Aristide Briand, dont le gouvernement entre en fonctions le 24 juillet

  1. Au moment où les discussions à la Chambre se font plus virulentes, notamment à propos des lois militaires, où la situation internationale se fait plus incertaine, Briand apparaît aux yeux du président de la République comme l’homme de "l’apaisement". Celui-ci se rappelle notamment que l’ancien militant de la grève générale est aussi l’habile rapporteur de la loi de séparation de l’Église et de l’État. Le nouveau président du Conseil souhaite la disparition des conflits sociaux grâce à la "participation" des syndicats et du patronat aux débats en cours. Coup politique ou véritable mise en place d’une démocratie sociale ? L’expérience tourne court.

En cette année 1911, les tensions internationales s’accroissent également. Ernest Monis, à présent au pouvoir, prend l’initiative de faire occuper Fez, au Maroc, au mois de janvier. Le 1er juillet suivant, une canonnière allemande, la Panther, est envoyée à Agadir, pour tenter de s'opposer à cette violation du traité d’Algésiras par la France. Alors que la guerre menace, le cabinet Caillaux parvient à un accord avec la diplomatie de Guillaume II. Et le 4 novembre, les deux puissances coloniales rivales signent une convention par laquelle l'Allemagne accepte de se désintéresser du Maroc en échange d'une partie du Congo. L’année suivante, le 30 mars, forte de cet accord, la France établit son protectorat sur le Maroc. Ce succès diplomatique flatte l’esprit cocardier des Français et Raymond Poincaré, président du Conseil à l’époque, est élu Président de la République, le 17 janvier 1913. Le mandat d’Armand Fallières est en effet arrivé à son terme, tandis que dans les Balkans la situation s’est aggravée...

Retiré dès lors de la scène politique, Armand Fallières décède le 22 juin 1931, à Mézin, dans sa commune natale.

le vendredi, 22 janvier 2016 posté dans la catégorie F