France (Anatole)

Ecrit par Marc Nadaux

(4 avril 1844 - 12 octobre 1924)


François-Anatole Thibault naît à Paris le 4 avril 1844. Son père est un modeste libraire, installé depuis 1839 au n° 19 du quai Malaquais, puis au quai Voltaire en 1853. L’enfant grandit en compagnie des livres et des estampes, dans l’amour des lettres et de la culture. Anatole, que l’on nomme indifféremment France ou Thibault dès cette époque, effectue des études classiques au collège Stanislas à partir de 1855. Dans ce milieu aristocratique, ses résultats cependant s’avèrent médiocres. Ils lui permettent néanmoins de devenir bachelier en 1864.

Après s’être refusé à prendre la suite de son père, il devient lecteur chez Lemerre, un des grands libraires de la capitale. Celui-ci publie entre autres les poètes parnassiens avec lesquels France se lie. C’est grâce à Leconte de l’Isle qu’il obtient un emploi de commis-surveillant à la bibliothèque du Sénat, au mois d’août 1876. Anatole France s’occupe alors à rédiger de nombreuses préfaces d’ouvrages classiques pour les éditeurs parisiens.

S'introduisant ainsi très jeune dans les milieux érudits et bibliophiles, il rédige ses premiers ouvrages de littérature : Les Poèmes dorés en 1873, dédiés à son ami influent, et un drame en vers à la manière antique intitulé Les Noces corinthiennes en 1876. Ceux-ci sont imprégnés de l’influence parnassienne.

Anatole France se marie le 28 avril 1877 avec Valérie Guérin de Sauville. C’est une union de convenance. Le couple, installé en 1881 dans un petit hôtel de Neuilly, au n° 5 de la rue Chalgrin, aura un enfant la même année, une fille prénommée Suzanne. Entre temps, le public cultivé fait la connaissance de l’écrivain. Celui-ci s'adonne maintenant à la prose, avec une nouvelle intitulé Jocaste, publiée en 1879. Il lui faut encore attendre la publication de son premier roman, Le Crime de Sylvestre Bonnard, au mois d’avril 1881 pour connaître un vrai succès. Cette œuvre humaniste, qui rompt avec les brutalités naturalistes, est rédigée dans une langue simple et classique.

Anatole France fréquente maintenant les salons parisiens, ceux de Madame de Loynes et de Madame d’Aubernon notamment. En 1883, il se lie avec Madame Arman de Caillavet. Celle qui sera la grande passion de sa vie lui inspire une réelle ardeur créatrice. Grâce à ses relations, elle assure également la promotion de ses ouvrages. L’écrivain publie deux nouveaux romans, Balthasar en 1889 puis Thaïs l’année suivante. Il est aussi devenu l'un des critiques littéraires les plus influents du monde des lettres. Au journal Le Temps, Anatole France rédige une chronique, intitulée La Vie littéraire, à partir du mois de janvier 1887. Ceci lui permet de quitter définitivement la bibliothèque du Sénat, dans laquelle il a toujours travaillé en dilettante.

Viennent ensuite La Rotisserie de la Reine Pédauque, un roman picaresque à la manière de Lesage, dans lequel l’écrivain fait le récit des aventures trépidantes de Jacques Tournebroche, Les Opinions de M. Jérôme Coignard au mois d’octobre 1893 puis Le Lys rouge, un récit autobiographique qui lui est inspiré par la personne de sa maîtresse, et enfin Le Jardin d’Épicure en 1894. Pendant ces années, Anatole France rédige également des contes. Deux recueils sont publiés : L’Étui de nacre en 1892, ainsi que Le Puits de Sainte-Claire en 1895. Au cours de ces années, Anatole France se réconcilie avec Stéphane Mallarmé et Paul Verlaine, deux poètes dont il avait refusé les œuvres en 1875 au Parnasse contemporain. 

Au mois de juin 1892, Anatole France se décide à quitter le domicile conjugal. Il adresse alors une lettre de séparation à son épouse puis s’installe au n° 13 de la rue Sontay. Le divorce est prononcé le 2 août suivant, en sa défaveur. Alors que le pays tout entier est maintenant partagé entre dreyfusards et anti-dreyfusards, l’écrivain décide de prendre parti pour le condamné de l’île du Diable, aux côtés d’Émile Zola ou de Marcel Proust. Interviewé par le journal L’Aurore le 23 novembre 1897, il refuse de se prononcer sur la culpabilité du capitaine Dreyfus. C’est en fait exprimer publiquement son souhait de la révision du procès de l’officier, à laquelle s’oppose violemment la majorité de l’opinion. Le 14 janvier 1898, Anatole France signe à cette fin la "pétition des intellectuels". Il dépose, le 19 février suivant, au procès Zola.

Au cours de ces années, c’est son engagement spirituel qu’il conte dans un vaste cycle romanesque intitulé l'Histoire contemporaine. Celle-ci est l’histoire de Monsieur Bergeret, le héros positif de l'Orme du mail, premier roman de la série publié au mois de janvier 1897, puis du Mannequin d'osier, dans les librairies au mois de septembre de la même année.

Viennent ensuite l'Anneau d'améthyste au mois de février 1899 et enfin Monsieur Bergeret à Paris qui clôt la série au mois de février 1901. L’année précédente, Anatole France avait cessé d’assister aux séances sous la Coupole. Il affirme ainsi son opposition à l’attitude de ses confrères de l’Académie Française à laquelle il avait été élu le 23 janvier 1896.

L’écrivain poursuit son engagement sur le terrain social. Il milite aux côtés de Jean Jaurès et s’inscrit au Parti socialiste. Dans de multiples essais, comme Opinions sociales en 1902 ou encore Vers les temps meilleurs en 1909, ainsi que dans ses romans (Sur la pierre blanche qui parait en 1905 dans L’Humanité), Anatole France se fait l’ardent défenseur de la cause du peuple. Avec humanité, il plaide en faveur des libertés civiques, de l'école publique et des droits du travail. En 1903, en préfaçant l’ouvrage d’Émile Combes, Une Campagne laïque, l’écrivain approuve le projet de séparation de l’Église et de l’État. En 1912, un autre de ses romans, Les Dieux ont soif, lui permet aussi de faire la critique du régime démocratique en montrant les abus commis sous la Terreur au nom de la liberté.

Après le décès de son amie, Madame de Caillavet, le 12 janvier 1910, Anatole France, qui souffre maintenant de la solitude, multiplie les liaisons féminines. On le trouve ainsi aux bras de nombreuses jeunes femmes, parmi lesquelles l’actrice Jeanne Brideau ou l’américaine Madame Gaget. Alors que la guerre est déclarée entre la France de la IIIe République et le IIe Reich de Guillaume II, l’écrivain rompt avec le Parti socialiste, hostile à l’Union Sacrée. Il quitte bientôt son hôtel particulier du n° 4, villa Said pour résider à la Bechellerie, près de Tours.

Le 22 septembre 1914, Anatole France publie dans La Guerre sociale un article dans lequel il proteste avec véhémence contre le bombardement par les Allemands de la cathédrale de Reims. Prédisant la victoire française, il décrit alors la fin du conflit où "le peuple français admet dans son amitié l’ennemi vaincu". L’opinion crie au scandale. L’écrivain, qui reçoit alors des menaces de mort et des lettres d’injures, songe au suicide. Il pense également de manière irraisonnable à s’engager avant de se multiplier dans la presse en articles patriotiques. Ces textes sont recueillis au mois de janvier 1916 dans La Voie glorieuse puis dans Ce que disent nos morts. Enfin, après avoir prêté sa plume au "bourrage de crane", Anatole France se réfugie dans le silence.

En 1920, le congrès de Tours provoque une scission au sein du socialisme français. Anatole France se refuse à s’inscrire dans les rangs du nouveau Parti Communiste Français. Il demeure néanmoins un sympathisant de la gauche et lance un appel en faveur de la Russie soviétique. L’Humanité publie ainsi au mois de novembre 1922 son Salut aux Soviets. Le 17 mars précédent, Anatole France avait toutefois signifié au gouvernement bolchevique son désaccord devant l’organisation de procès visant d’anciens dignitaires socialistes. Demeurant fidèle à la Ligue des Droits de l’Homme, il récuse bientôt le Congrès de l’Internationale et est exclu de la collaboration aux journaux communistes.

L’écrivain est comblé d’honneur au sortir de la guerre. Le 10 décembre 1921, il reçoit le prix Nobel de littérature à Stockholm. Le 11 octobre 1920, Anatole France se remarie avec Emma Laprévotte, l’ancienne gouvernante de Madame de Caillavet. Retiré du monde des lettres, il assiste à la grande fête donnée au Trocadéro pour ses 80 ans le 24 mai 1924, puis s’éteint quelques mois plus tard, le 12 octobre 1924. Des funérailles nationales sont organisées le 18 octobre suivant.

le lundi, 25 janvier 2016 posté dans la catégorie F