Habsbourg (François-Ferdinand de) (Archiduc)

Ecrit par Éric Labayle

(18 décembre 1863 - 28 juin 1914)

 

François-Ferdinand de Habsbourg est né à Graz (Autriche) le 18 décembre 1863. Neveu de l'Empereur d'Autriche-Hongrie Francois-Joseph 1er, il était le fils de l'archiduc Charles-Louis de Habsbourg.

La mort tragique (par suicide) de l'archiduc Rodolphe, en 1889, puis le décès de son père, en 1896, firent de lui l'archiduc en titre, héritier de la couronne d'Autriche-Hongrie. Conscient de ses responsabilités, il joua vite un rôle politique de premier plan et pesa pendant une vingtaine d'années sur les choix de la monarchie austro-hongroise.

Très intéressé par la chose militaire, François-Ferdinand se fit progressivement attribuer le commandement de l'armée. En 1913, il était nommé inspecteur général des forces militaires de l'Empire.

Cependant, plus que par ses talents de général, c'est surtout pour sa politique balkanique que l'archiduc se fit remarquer. Après l'annexion de la Bosnie-Herzégovine par l'Empire, il sut se montrer favorable aux communautés serbes des Balkans (de Slovénie, de Croatie et de Bosnie), ce qui contrecarrait les projets de la Serbie voisine. Celle-ci, en effet, voyait d'un mauvais oeil les minorités serbes de l'Empire accepter à terme la tutelle autrichienne. Ses projets d'extension s'en trouvaient contrariés. Il lui fallait au contraire exciter le ressentiment des Serbes voisins pour mieux les inciter à réclamer leur incorporation à une "Grande Serbie".

En juin 1914, c'est en tant qu'inspecteur général de l'armée que François-Ferdinand effectua un voyage officiel en Bosnie. Il devait y superviser des manœuvres militaires. Le 28 juin, peu de temps après avoir été reçu par les autorités de la ville de Sarajevo, il fut assassiné en pleine rue par Gavrilo Princip, un étudiant nationaliste serbe. Son épouse, la comtesse Sophie Chotek, fut également tuée dans l'attentat.

Ce double meurtre ne contraria pas outre-mesure le vieil empereur François-Joseph. Il se méfiait de son héritier et détestait cordialement sa femme. Pourtant, l'incident lui fournissait un prétexte remarquable pour accuser la Serbie, lui poser un ultimatum et, en fin de compte, lui déclarer la guerre.

A ce titre, l'assassinat de François-Ferdinand est bien l'acte déclencheur de la première guerre mondiale.

le lundi, 25 janvier 2016 posté dans la catégorie H