Leroux (Gaston)

Ecrit par Marc Nadaux

(6 mai 1868 - 15 avril 1927)

 

 

Gaston Leroux naît le 6 mai 1868 à Paris, faubourg Saint-Martin. Il passe son enfance Saint-Valéry-en-Caux dans la Seine-Maritime, où sa famille possède d’importants intérêts immobiliers, et effectue ses études au collège de Eu, une ville voisine. Ayant obtenu en 1886 son baccalauréat ès lettres, avec mention bien, Gaston Leroux s’inscrit à la faculté de droit de Paris. A la même époque, le jeune homme effectue ses débuts dans la littérature (sa grande passion), en publiant en 1887 dans le quotidien La République Française sa première œuvre : Le Petit Marchand de Pommes de Terre frites. Licencié en 1889, Gaston Leroux entame ensuite une carrière d’avocat, sans grande conviction cependant. De son père, entrepreneur de travaux publics décédé la même année, il avait en effet hérité d’un capital très important (un million de francs), malheureusement trop vite dilapidé.

Dès 1891, la rencontre de Robert Charvay, directeur de la rubrique mondaine dans le journal L’Écho de Paris décide de son avenir professionnel. Sous la forme de sonnets, volontiers moqueurs, le jeune journaliste livre quelques-uns des secrets des actrices à la mode, Réjane notamment. L’année suivante, Charles Canivet lui confie la chronique judiciaire du quotidien qu’il dirige, Paris. Sa nouvelle recrue couvre les procès à sensation du moment, celui de l’anarchiste Auguste Vaillant qui, le 9 décembre 1893, avait fait exploser une bombe d'une grande puissance dans l'hémicycle de la Chambre des députés, celui du marquis de Nayve accusé d’avoir assassiné un enfant, son beau-fils, et qui assure brillamment sa propre défense. La qualité de son travail lui vaut d’être bientôt recruté par Le Matin, un des grands quotidiens de la Troisième République.

Dès 1894, Gaston Leroux est nommé chef des informations, puis en 1901 grand reporter pour le quotidien. En 1905, il donne une série de neuf articles relatant l’expédition du suédois Otto Nordenskjöld. Leroux est en effet parvenu à monter clandestinement à bord du navire de l’explorateur en partance pour le continent Antarctique ! De février 1905 à mars 1906, il est en Russie, aux lendemains de la guerre russo-japonaise. A Saint-Pétersbourg, le reporter annonce que le Tzar Nicolas II va rencontrer l’Empereur allemand Guillaume II à bord de son yacht "L’Étoile polaire". La nouvelle provoque un incident diplomatique, les autorités russes démentant l’information annoncée par Leroux, qui la tenait du chef des cuisines. Celui-ci préparait en effet un dîner de gala, qui eut effectivement lieu comme l’avait prévu le journaliste. A son retour, ce dernier fait paraître L’Agonie de la Russie blanche, un reportage aux allures prophétiques.

Entre deux voyages à l’étranger, Gaston Leroux s’efforce toujours d’écrire. En 1903, il publie ainsi, dans Le Matin, un roman-feuilleton, La Double Vie de Théophraste Longuet. Jusqu’en 1924, quinze autres de ses œuvres littéraires seront également proposés à la lecture des habitués du quotidien. Quelques temps plus tard cependant, le journaliste se brouille avec son directeur. Aussi c’est dans L’Illustration que paraît au mois de septembre 1907 Le Mystère de la Chambre jaune. Ce nouveau roman est en fait le premier épisode des aventures de Joseph Joséphin, dit Rouletabille. Inspiré à son auteur par Auguste Dupin, le détective perspicace d’Edgar Allan Poe, ce jeune reporter parvient à dénouer les fils des affaires les plus ténébreuses grâce à son esprit de déduction, son sens de l’observation. Ces deux derniers talents ne sont en fait que ceux qui ont permis à Gaston Leroux de faire carrière dans le journalisme, mais transposées pour l’occasion au domaine de l’investigation policière.

Si La Maison des Juges, une pièce écrite au même moment pour André Antoine et jouée à l’Odéon, n’eut que peu de retentissement, le roman, lui, est un succès. Son auteur récidive d’ailleurs l’année suivante avec Le Parfum de la Dame en noir. De nouveau, le détective journaliste fait recette. Avec l’épisode suivant de la série cependant, Rouletabille chez le Tsar qui paraît en 1912, et afin de toucher encore un plus vaste public, l’action prime sur les amples raisonnements du limier. Gaston Leroux délaisse maintenant le journalisme. Les ventes de ses romans lui permettent de s’installer avec sa famille (Jeanne Cayatte, rencontré en Suisse en 1902 et avec laquelle il se marie en 1917) sur la cote d’Azur, à Menton en 1908, puis à Nice l’année suivante. L’écrivain, outre le climat méditerranéen, apprécie en effet beaucoup de prendre place aux tables de jeux des casinos de la Riviera. En 1910, il s’est essayé à un autre genre littéraire, le fantastique, avec Le Fantôme de l’Opéra. L’écrivain donne également naissance en 1913 à un autre héros, le bagnard Chéri-Bibi.

Engagé volontaire peu après la déclaration de début du premier conflit mondial, Gaston Leroux, inapte au combat, est cependant contraint de retourner à ses foyers. Il travaille à présent pour un art devenu très populaire, le cinématographe. En 1916, l’homme de lettres rédige un scénario tiré de son roman, L'Homme qui revient de loin, pour son voisin niçois et ami, l’acteur René Navarre. Leroux participe également à la production de films cinématographiques à épisodes au sein de la Société des Cinéromans de Nice. Outre-Atlantique, il devient célèbre grâce à une adaptation au cinéma de son roman, Le Fantôme de l’Opéra, réalisée à Hollywood par les studios de la compagnie Universal. 

Le 15 avril 1927, Gaston Leroux décède, à l’âge de cinquante-neuf ans, après une intervention chirurgicale décidée à la suite d’une crise d’urémie. L’écrivain est inhumé à Nice quelques jours plus tard.

le lundi, 25 janvier 2016 posté dans la catégorie L