F

Fantaisie (tenue de)

Tenue d’apparat caractérisée en général par des tissus plus fins et une coupe plus élégante que les uniformes réglementaires.


Fantassin

Nom donné au militaire servant dans l’infanterie, par opposition au cavalier ou à l’artilleur.


Fascicule de mobilisation

Document inséré dans le livret militaire sur lequel sont inscrits les dates et lieu d’incorporation en cas de mobilisation.

 

 

Il existe cinq modèles de fascicule de mobilisation, identifiés chacun par une couleur spécifique. Le modèle A, de couleur rose, est celui des hommes devant rejoindre leur affectation en train. Le modèle A1, qui est vert clair, est celui des hommes se rendant par leurs propres moyens (à pied, en bus…) sur leur lieu d’affectation. Ce sont les deux modèles les plus fréquents. Les modèles S, blanc rayé de rouge, et S1, blanc rayé de vert, concernent les homes employés temporairement à un service spécial et devant rejoindre ou non leur affectation en train.


Feldgrau

Surnom donné du fait de sa couleur oscillant entre le beige et le vert à l’uniforme adopté 1907 par l’armée allemande. Par métonymie, ce terme en arrive à désigner les fantassins allemands eux-mêmes.


Feu (par opposition au choc)

Puissance des armes, tout particulièrement des mitrailleuses et de l’artillerie.


Feuillée

Latrine improvisée et creusée dans les tranchées dans laquelle les poilus viennent se soulager. Généralement recouverte de feuilles, d’où son nom.


Fiche matricule

Document tenu et mis à jour par les bureaux de recrutement sur lequel figurent tous les éléments relatifs à la vie militaire d’un individu, de son passage devant le Conseil de révision à son renvoi de la réserve de l’armée territoriale.
Longtemps conservés à Pau par le Service historique de la Défense, ces documents sont progressivement reversés aux services départementaux d’archives et bénéficient généralement, dans le cadre des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale, d’importants programmes de numérisation et de mise en ligne.


Fourragère

Cordelette tressée placée sur la hampe d’un drapeau ou portée à l’épaule par les membres d’une unité à qui elle est attribué en reconnaissance des actes accomplis. Pouvant être aux couleurs du ruban de la Croix de Guerre, de la Médaille militaire ou de la Légion d’honneur, il s’agit d’une décoration particulièrement prestigieuse. La fourragère contribue par ailleurs fortement au développement de l’esprit de corps.

 

 


Fourrier

Militaire en charge de la comptabilité d’une compagnie, généralement de grade de caporal ou de sergent.


Franc-tireur

Combattant faisant partie d’une armée irrégulière. La crainte des francs-tireurs joue un rôle déterminant lors de l’été 1914 et est un corollaire important des atrocités allemandes. Ce faisant, la force de ce souvenir rappelle le rôle non-négligeable de la mémoire de la guerre de 1870 lorsque débute la Première Guerre mondiale.


Fraternisation

Cessation exceptionnelle et très limitée, autant dans le temps que dans l’espace, des hostilités entre les belligérants d’un même théâtre d’opérations.


Front

Littéralement, zone de contact avec l’ennemi. Le conflit de 1918 n’ayant plus grand-chose à voir avec celui de 1914, la notion de front se dilue et se complexifie considérablement pendant la Première Guerre mondiale. L’expression de « front intérieur » dit par exemple bien toute la difficulté qu’il y a à en donner une définition sur le strict plan géographique.

 

 


Fumigène (obus)

Munition produisant en éclatant une épaisse fumée, de manière à aveugler l’ennemi.


Fusant (obus)

Munition éclatant alors qu’encore en l’air, au-dessus des troupes ennemies, et libérant ainsi ses shrapnels.


Fusée éclairante

Projectile produisant lorsqu’il éclate une lumière dont la couleur correspond à un code particulier, celui-ci changeant régulièrement suivant les périodes et les unités considérées. Les fusées éclairantes sont utilisées le plus souvent par l’infanterie pour communiquer avec l’artillerie et sont un maillon essentiel de la liaison interarmes.
Ainsi, le code en vigueur en mars 1916 au sein de la 89e division d’infanterie territoriale donne les significations suivantes : fusée rouge, « tirez » ; fusées blanches et jaunes, « tirez, l’ennemi envoie des nappes de gaz délétères » ; fusée blanche, « allongez le tir » ; fusée verte, « raccourcissez le tir » ; deux fusées blanches simultanées, « cessez le feu ».